[p. 1]

1930-12-18, Denis de Rougemont à Alice de Rougemont §

Chère Mère,

Je t’écris encore avant de me coucher, assez vanné — et c’est vrai, j’ai encore deux articles en épreuves à corriger pour Foi et Vie ! — J’ai reçu avec la carte de Papa une lettre de Pierre Jeanneret qui me redemande des lettres de son père et de Pierre Godet qui sont dans ma chambre, sur l’étagère du milieu ou du fond je crois (quatre ou cinq de chaque). Pourrais-tu les retrouver et les envoyer à Pierre : 1 Grünaugergasse, Tür 35 Vienne. Si elles ne sont pas sur les étagères, regarde sur ma table ou dans le tiroir de ma table, mais pas dans le tiroir de ma commode où je ne mets jamais des lettres de ce genre. Merci mille fois d’avance.

Réponse à la carte de Papa : [Frigeri] a été proposé par moi, mais je ne crois pas qu’il ait été pointé, car il y avait déjà trop de Neuchâtelois et on voulait pousser des Fribourgeois. Il faudrait qu’il fasse une demande au département militaire cantonal.

[p. 2] Avez-vous bien froid ? Ici, ce soir, cela pique ferme, mais mon chauffage est sans défaillance. Je circule de chez moi à mon bureau dans les chemins bourbeux, et labouré par les camions, c’est la ruine des chaussures et des pantalons. Tout le monde tombe malade. La secrétaire générale de la Société a eu un effroyable accident d’auto, fracture du crâne et jambe cassée, on craint le pire, c’est un coup dur pour nous, car elle était vraiment au centre de l’organisme et des plus capables. Il y a toujours follement à faire, c’est angoissant. Mes affaires d’édition marchent d’une façon assez réjouissante. Pour l’imprimerie, c’est plus dur, la crise — on ne parle que de crises — sévit depuis un mois, et les perspectives économiques sont des plus noires en France. Enfin, pour mon compte, j’ai une certaine veine, et gagne bien ma vie. À quel prix, c’est une autre affaire… Il faut choisir aujourd’hui entre la misère ou l’esclavage doré.

Questions délicates : quel cadeau faire à Roland pour son mariage ? Et quand ? Avant ? Le jour même ? Je ne sais pas « ce qui se fait », ni de quelle importance « le faire ». Si tu pouvais me conseiller j’en serais soulagé. Naturellement je peux lui demander, mais je voudrais savoir quel « ordre de grandeur », et à quel moment on a coutume de donner ce genre de cadeaux.

J’ai passé la soirée de mardi avec Stelling-Michaud, éditeur des Cahiers romands, il publiera mon Paysan du Danube au printemps, c’est-à-dire dès que je l’aurai terminé (??) et le lancera en France aussi.

Ah ! que la vie est dure et que j’ai sommeil, et comme Areuse est une oasis dans le monde.

Je vous embrasse.
Top.