[p. 1]

1927-11, Denis de Rougemont à Alice et Georges de Rougemont §

Merci beaucoup à Maman pour sa lettre reçue lundi matin seulement, à cause des fêtes nationales autrichiennes. Mes livres ont fini par arriver.

 

Je me suis endormi sans finir cette carte, c’est ainsi à Vienne, il y règne une flemmingite très contagieuse. Je viens de recevoir la lettre de Toinette et lui écrirai très bientôt. Je vois qu’il faut compter environ 48 heures pour les lettres, grâce aux lenteurs des postes autrichiennes. Je continue à jouir de ma vie encore trop agitée et délicieusement libre. Je ne serai inscrit définitivement à l’Univ que demain ! aussi n’ai-je pas encore mis les pieds à des cours où d’ailleurs je ne pigerai pas grand-chose au début. J’en suis réduit à n’écrire que des cartes postales, par économie, la situation financière étant mauvaise. Je me suis acheté un pantalon fantaisie pour 33 fr. suisses et j’aimerais de l’argent pour compléter l’Anzug avec un veston et gilet noir, ce qui fera env. 90 à 100 fr., c’est-à-dire un complet de sortie (comme tout le monde en a ici) pour 135 fr., c’est très bon marché. J’ai trouvé un restaurant où je mange à midi pour 1,50 sh. (1,10 fr.), mais cela ne suffit pas toujours à ma faim, qui est grande, à cause de ce petit air froid et vif. Il a neigé tous ces jours, et quand il fait un peu de soleil là-dessus, c’est un paysage de ville ravissant, très fin et français. Mais quand il fait gris et que le vent balaye le Ring, ce Ring beaucoup trop large, on se sent un peu en Russie. J’ai entendu à l’Opéra les Contes d’Hoffmann d’Offenbach, très agréables à Vienne. Hier soir, j’ai été au Centre français à une petite réception intime pour entendre une cantatrice qui donnera bientôt un concert avec l’accompagnement d’un des membres du Centre. On a parlé allemand tout le soir, j’ai vu que je comprenais, mais que j’avais encore beaucoup à faire pour parler d’autre chose que de la pluie et du beau temps. Je prends quelques cours de charleston (indispensable ici) avec une Mrs anglaise, et en anglais ! (Plus facile pour moi que l’allemand.) Ce soir, je dîne avec Pierre chez le Ritter von Kuh, ex-bellettrien, ce sera mon premier contact avec l’aristocratie viennoise. Demain soir, bal au Cercle franco-viennois, où j’ai déjà des tas de connaissances. Je suis effrayé du nombre de gens que je connais déjà depuis 10 jours, mais j’espère tout de même que ça va continuer. Je dois voir un de ces jours le directeur de la [p. 2] Europäische Revue qui sait qui je suis, paraît-il. J’ai 5 grands articles et essais à écrire, pour un tas de revues, je ne sais si j’y arriverai. M. Paul Doumergue m’a écrit une longue lettre, pour me demander de collaborer à Foi et Vie et de leur envoyer outre des articles sur les Idées et les livres, des « choses vues » sur Vienne. Je reconnais là un coup de Maury, et je n’en suis pas fâché d’ailleurs. Ce sera une chose à voir, à l’occasion. Il paraît que le cinquantenaire d’Étude a bien marché, j’en suis heureux et félicite Titine pour ses débuts sur la scène. Je retrouve bien Chenevière dans le « Parc aux biches » ! N’est-il rien venu pour moi, livres ou revues, ou lettres ? C’est facile à réexpédier. Pourrait-on me retrouver dans l’Illustration de l’année 1926 un article de Ferrero où il parle longuement de Ford ? Je sais que c’est très ennuyeux à rechercher, mais cela me rendrait un énorme servicea. Je fais de l’allemand avec Mangin (un type du Centre). À part cela, je vais m’arranger pour des échanges de conversation avec étudiantes ou pensionnaires, c’est des plus facile. J’aimerais aussi qu’on m’envoie une grammaire allemande, qui me manque beaucoup. Je cherche une occasion — qui ne peut tarder — d’offrir des leçons de français, argent de poche.

Au reste, je trouve Vienne de + en + chic et vous envoie 1000 pensées affectueuses.
Topin.

 

Pourrait-on retrouver aussi un numéro récent de l’Art en Suisse (ex-Pages d’art) où Maurice Jeanneret parle de mon article au Werk, me dit Pierre. J’enverrai bientôt à Maman une liste d’objets dont j’ai besoin, quand il y en aura assez pour faire un paquet de 5 kg !